Échec au bac : que faire ensuite ?

échec au bac

Comme environ 7% des bacheliers français, vous n’avez pas réussi à décrocher le diplôme tant convoité. Pour autant, il n’est pas question pour vous de baisser les bras ! En effet, plusieurs solutions s’offrent désormais à vous : l’une de ces options vous aidera forcément à oublier cet échec au bac.

 

La solution de la 2ème chance

 

Première option à envisager : redoubler et repasser votre bac en fin d’année scolaire prochaine ! C’est d’ailleurs cette voie que choisissent la plupart des malchanceux. Vous pouvez, au choix, redoubler directement dans votre lycée ou choisir un autre établissement si cela vous convient mieux. N’hésitez pas à faire la demande.

 

Au cas où vous souhaiteriez vous éloigner un peu du système scolaire, vous pouvez également le repasser en tant que candidat libre avec le CNED. À la condition, bien sûr, de travailler comme il se doit pour l’obtenir ! N’ayant plus de cours en classe, vous allez en effet devoir vous imposer vous-même un emploi du temps et vous y tenir…

 

Choisir l’équivalence ou l’alternance

 

Solution de plus en plus prisée, l’alternance permet en effet de poursuivre ses études sans le bac, tout en apprenant un métier. Seule condition : avoir un minimum d’expérience professionnelle, selon la filière choisie. Pour cela, pensez aux jobs d’été ! Il n’est pas trop tard pour dégoter un petit boulot et étoffer votre C.V.

 

Vous pouvez aussi passer le DAEU (Diplôme d’Accès aux Études Universitaires), et accéder aux mêmes droits qu’un bachelier. Pour cela, il vous faut être inscrit(e) dans une université pour une année préparatoire. Un cursus auquel vous pourrez prétendre jusqu’à 4 fois. Une fois le diplôme en poche, vous pourrez aller où vous voulez…

 

échec au bac

Intégrer une école ou un BTS

 

Si la plupart des formations exigent le bac, vous pouvez toutefois trouver votre bonheur dans certaines écoles ou certains BTS spécialisés dans les domaines de l’art, de l’hôtellerie-restauration, du paramédical, du numérique, etc. Le plus souvent privés, ces établissements sont accessibles selon les mêmes critères de sélection.

 

Mais avant de vous lancer, assurez-vous que l’école ou BTS en question délivre bien un diplôme inscrit au RNCP (Répertoire National des Certifications Professionnelles). Cela vous garantira un certain niveau de qualification professionnelle. Prévoyez également des frais de scolarité plus ou moins importants selon la filière choisie…

 

Se lancer sur le marché du travail

 

Dernière option : trouver un travail ! Et pas seulement un job d’été, mais un emploi plus stable. Certains métiers sont effectivement accessibles sans le bac, vous ne devriez donc pas avoir de mal à trouver, si vous êtes prêt(e) à relever vos manches ! Une solution qui présente deux avantages non négligeables…

 

Premier avantage : la paye ! Qui peut vous permettre de vous assumer, et/ou de financer une future formation. Deuxième avantage : l’expérience ! Même si vous voyez ce premier emploi comme un job alimentaire, il sera tout de même très formateur, quel que soit le chemin que vous emprunterez ensuite.

Partagez
Tweetez
Enregistrer
+1