#Législatives2017 : Plusieurs grands noms socialistes évincés et un taux d’abstention record

#Législatives2017 : Plusieurs grands noms socialistes évincés et un taux d’abstention record1

latifa el-houariPublié le 12 juin 2017 - Lu 568 fois

Hier, dimanche 11 juin, se tenait le 1er tour des élections législatives. Cette année, ce que l’on note, c’est l’élimination de plusieurs « poids lourds » du PS, mais aussi, et surtout, un fort taux d’abstention, estimé comme le plus faible de toute l’histoire de la Vème République…

Détails.

Et si le Parti Socialiste avait pâti de la politique « mal aimée », « houleuse », menée lors du quinquennat de l’ancien président François Hollande ? C’est ce que l’on se demande, suite à l’éviction de plusieurs noms de cette étiquette politique dans plusieurs circonscriptions :

  • Jean-Christophe Cambadélis, premier secrétaire du Parti socialiste,  s’est porté candidat dans la 16e circonscription de Paris, où il avait déjà été élu en 2012. Il a reconnu sa défaite face à Mounir Mahjoubi, l’actuel secrétaire d’État chargé du numérique, se réclamant de la couleur politique de la République en marche.
  • Aurélie Filippetti, PS, ancienne ministre de la Culture, se portait candidate à Metz, dans la première circonscription de Moselle. Cette dernière (avec seulement 11,80% de suffrages) s’incline face à Belkhir Belhaddad de la République en marche (28 %) et Laurence Burg du Front national (18,30 %).
  • Matthias Fekl, ancien secrétaire d’État chargé des négociations commerciales et ancien ministre de l’Intérieur, a été éliminé dans la deuxième circonscription du Lot-et-Garonne. Le candidat socialiste s’est incliné face à Alexandre Freschi de La République en marche et Hélène Laporte du Front national.
  • Christian Eckert, ancien secrétaire d’État chargé du Budget et des Comptes publics dans les gouvernements Valls et Cazeneuve, s’est incliné, en Meurthe-et-Moselle, face aux candidats de La France Insoumise et de La République en marche.
  • A Marseille, dans la 4ème circonscription des Bouches-du-Rhône, le député socialiste sortant, Patrick Mennucci, a été éliminé également.
  • Enfin, Jean Glavany, anciennement chef de cabinet à l’Élysée pendant le septennat de François Mitterand et ministre de l’Agriculture de 1998 à 2002, le député sortant de la première circonscription des Hautes-Pyrénées y avait été élu depuis 1993 soit durant 24 années. Il s’est incliné, cette année, face à Jean-Bernard Sempastous, candidat de La République en marche et Sylvie Ferrer, candidate de La France Insoumise.

 

Un fort taux d’abstention constaté

Cette année, l’abstention aux législatives est estimée à 50,2 %. Soit 8 points de plus qu’en 2012. Il s’agit du taux d’abstention le plus élevé de toute l’histoire de la Vème République.  En 2012, déjà, celui-ci  atteignait 42,8 %. Des chiffres révélant une forte opposition des citoyens français à notre système électoral.

Tags: , , , ,

Be Social,
Share !

Commentaires (1)

  1. Dumas dit le
    0

    Les elections devront elles pas invalidées à cause des 50,2 % d’abstention ?
    Cela fait quand même 1francais sur deux qui refuse ce que l’on propose
    C’est désavouer les politiques et ils sont contents…..

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Newsletter

Inscrits toi à la newsletter, reçois le magazine et les derniers actus dans ta boîte mail pour profiter ainsi des bons plans chez nos partenaires !